Programme

}

20H45

 

5ème thème  : La mémoire des jeunes filles.

Projections : Las Mamás Belgas (Les mamans belges) (Espagne 2016) et Résister au tyran (France-Espagne, 2017) puis table ronde

24 OCTOBRE

 LIEU : ESPACE NIEMEYER (PARIS)
13 h00 > La Coupole – Inauguration

14 h00 > Premier thème :  Les étrangères parmi les volontaires pour l’Espagne. Présences, parcours, mémoires et silences

La mise en valeur de la part des femmes au sein des différents contingents nationaux de volontaires doit permettre de révéler leur présence comme celle d’un groupe social spécifique et d’interroger la mémoire singulière des femmes volontaires, et par conséquent leur place dans les enjeux mémoriels inscrits dans des registres historiques, politiques et émotionnels différents. Les différents volontariats, mixtes et non mixtes, seront observés, en intégrant l’ensemble des formations et des structures directement issues ou à destination du volontariat étranger, civil et militaire. La présentation des parcours féminins collectifs et singuliers va éclairer les différences de contextes qui se sont imposés aux femmes volontaires, et faire apparaître les obstacles et contraintes rencontrés en tant que femme, en tant que militante et souvent en tant qu’immigrée. La discussion distinguera les citoyennes d’un pays démocratique et celles provenant d’un régime autoritaire, pour la plupart issues des immigrations des démocraties européennes et nord-américaines.

14 h00 > Salle de conférence – Introduction des débats :  Les femmes parmi les volontaires internationaux en Espagne républicaine (1936-1939). 

Intervenant : Edouard Sill  (France, Historien)

14 h30 > Salle de conférence – Table 1 : Les étrangères venues des démocraties européennes et nord-américaines

Discutante : Claire ROL TANGUY (Secrétaire générale de l’ACER)
Intervenant.e.s :  Ramon CHICHARRO (France, ACER) : Les volontaires françaises en Espagne • Nancy PHILLIPS (USA, FALB) : American Women in the Spanish Civil War/Les volontaires américaines durant la guerre civile espagnole • Pierre OUTTERYCK (France, IRHiS-Université de Lille III) : Martha Desrumaux : une ouvrière française, dirigeante communiste, solidaire de la République espagnole.

14 h00 > La Coupole  – Table 2 : Les  volontaires étrangères en Espagne: regards ibériques

Discutant : Robert COALE (Université de Rouen-Normandie) 
Intervenant.e.s : Josep PUISEG FARRAS (Espagne, Universidad Autónoma de Barcelona) : La particular mirada catalana al internacionalismo femenino durante la Guerra Civil/Le regard singulier catalan sur l’internationalisme féminin durant la Guerre civile espagnole • Mirta NÚÑEZ DÍAZ-BALART (Espagne, Universidad Complutense de Madrid) : La infancia como eje del compromiso de republicanas e internacionales durante la Guerra Civil / L’enfance comme axe d’engagement pour des femmes républicaines et internationales pendant la guerre civile • Isabel PINAR (Espagne, AABI) : La  mujer española y su papel ayudando a las BBII/ La femme espagnole et son rôle dans les Brigades internationales.
Traduction des débats : Anna ROJAS (France, Université Paris Nanterre) • Héloïse VIAN (France, Université Paris Nanterre)

16 h15 > La Coupole – Table 3 :  Exil, immigration et clandestinité : Les volontaires étrangères des régimes autoritaires

Discutant : Rémi SKOUTELSKY (Historien, auteur de L’Espoir guidait leurs pas, Grasset, 1999)
Intervenant.e.s :  Hervé LEMESLE (France, historien) : Les femmes parmi le contingent de volontaires yougoslaves • Renée LUGSCHITZ (Autriche, Österreichische Akademie der Wissenschaften) : Underground to Light: Regained freedom and new responsibilities of Austrian female volunteers in the Spanish Civil War / De l’ombre à la lumière : la liberté recouvrée et les  tâches nouvelles des Autrichiennes volontaires en Espagne • Marco PUPPINI (Italie, Istituti di Storia del Movimento di Liberazione in Italia, AICVAS) : ¿Lucha antifascista como oportunidad de emancipación femenina? Mujeres italianas en España durante la guerra civil española / La lutte antifasciste comme une opportunité d’émancipation féminine ? Les femmes italiennes dans la guerre civile espagnole • Ingrid SCHIBOROWSKI et Anita KOCHNOWSKI (Allemagne, KFSR) : La lucha de las internacionalistas contra la guerra y el fascismo en España / Le combat internationaliste féminin contre la guerre et le fascisme en Espagne.

Traduction des débats : Anna ROJAS (France, Université Paris Nanterre) • Héloïse VIAN (France, Université Paris Nanterre)

18h : Buffet organisé par l’ACER

14h00- 21h00 : Hall de l’Espace Niemeyer : Exposition Itinérante de l’ACER et de l’ONAC : Levés avant le jour, les Brigades internationales de l’Espagne à la Résistance

 

19h30 > Deuxième thème : Des indésirables

 Comme des milliers d’hommes avec elles, une partie des étrangères volontaires en Espagne ne sont pas revenues dans leur pays de provenance. Ce fut, le plus souvent, parce qu’elles y résidaient illégalement, ou bien parce qu’on les avait déchu de leur nationalité du fait de leur volontariat, ou encore parce que l’Allemagne avait entretemps rayé leur pays de la carte. Elles furent pour la plupart envoyées au camp d’internement du Rieucros (Lozère). À l’extérieur des camps, la solidarité avec les interné.e.s, en France a perpétué la mobilisation internationale de nombreuses militantes et de réseaux militants dans une campagne proto- humanitaire mondialisée.

19h30 > La Coupole : Projection : Les Indésirables. Film de Bénédicte Delfaut, France, 55 min, 2014.

 Ce documentaire récent, réalisé pour la télévision française, retrace l’internement en France des femmes étrangères entre 1938 et 1940, dites « indésirables ». Il illustre pleinement le sort réservé à de nombreuses volontaires ressortissantes de pays réactionnaires, ou bien déchues de leur nationalité pour leur engagement antifasciste en Espagne comme en France.
http://www.dailymotion.com/video/x2epshc

20h30 > Table ronde : L’internement en France des étrangères dites « indésirables » en 1938-1940.

Discutante : Natacha LILLO (Université Paris Diderot)
Intervenant. e. s :
Bénédicte DELFAUT (France, réalisatrice), Michèle DESCOLONGES (France, Université Paris Diderot, association pour le Souvenir de Rieucros, Maëlle MAUGENDRE (France, Université de Toulouse-Jean Jaurès)

 

 

25 OCTOBRE

LIEU :  ESPACE NIEMEYER (PARIS)

9h00 > Troisième thème :  Femmes invisibles ? Sources, méthodes et  approches d’une histoire des femmes engagées

Cette session sera consacrée à la manière dont l’histoire de l’engagement des femmes étrangères dans la guerre civile espagnole a été abordée. Trouver des sources qui permettent de la documenter est la première difficulté à laquelle se sont heurtés ceux qui ont tenté de l’appréhender. Nous nous demanderons dans quelle mesure ce constat classique de l’histoire des femmes – la difficulté à les faire apparaître dans les archives – est encore augmenté dans le cas de l’engagement dans ce conflit guerrier. Entre l’approche biographique, particulièrement importante dans cette historiographie et l’approche par les organisations qui ont pu encadrer ou organiser cet engagement, nous nous interrogerons sur la possibilité d’analyser les trajectoires sociales des femmes engagées, dans une perspective d’histoire du genre.
Discutantes : Charlotte VORMS (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne- CHS) et Élodie RICHARD (CNRS, CRH-GEI)
Intervenant.e.s : Paul BOULAND (France, CHS) : Les femmes dans le corpus des volontaires en Espagne républicaine du Maitron : bilan et perspectives • Morgan POGGIOLI (France, Centre Georges 
Chevrier) : Les syndicalistes confédérées et la Guerre d’Espagne • Robert COALE (France, Université de Rouen-Normandie) : Le fonds Fredericka Martin de l’Abraham Lincoln Brigade Archive à New York • Seran DE LEED (Hollande, chercheuse associée à l’ICCT) : Dutch volunteers in the Spanish Civil War – A focus on women/Les volontaires hollandais en Espagne : le cas des femmes • Lorenzo DE SABBATA (Italie, EHESS CRH) : Une militance invisible. Les enjeux des représentation des antifranquistes italiennes en Espagne à partir de la base de données biographique Oggi in Spagna, domani in Italia.

14h00 > Quatrième thème :  Par-delà les frontières. L’engagement féminin au sein de la mobilisation antifasciste transnationale

L ‘engagement des volontaires étrangères pour la défense de la République espagnole prend tout son sens dans le cadre de la mobilisation antifasciste qui se développe au niveau européen dès le début des années 30, même si, évidemment, celle-ci n’épuise pas les modalités de cet engagement. L’objet de cette session est de replacer les expériences des femmes étrangères engagées dans le camp républicain dans l’histoire plus longue de l’engagement féminin dans l’antifascisme. Il s’agira d’analyser les caractéristiques de la mobilisation des femmes antifascistes lors de la guerre d’Espagne, ses spécificités par rapport à une mobilisation massivement perçue comme « masculine », tout comme les interactions entre motivations antifascistes et féministes, le fascisme étant perçu par beaucoup de ces femmes comme un puissant instrument d’oppression féminine. À travers l’analyse des réseaux et aussi des trajectoires biographiques, il s’agira de réfléchir au « genre du militantisme » (Olivier Filleul) et à la façon dont cet engagement des femmes modifie, ou pas, la répartition sexuée du travail militant – qui cantonne souvent les femmes à des tâches de soin et de bienfaisance traditionnellement perçues comme féminines -, tout comme, de façon générale, l’image sociale des femmes et les rôles de genre établis.
Discutant : François GODICHEAU (Université de Toulouse)
Intervenant.e.s : Laura BRANCIFORTE (Espagne, Universidad Carlos III de Madrid) : Mujeres italianas del Socorro Rojo internacional en la Guerra de España/ Les femmes italiennes du SRI dans la guerre d’Espagne • Valentin CIONINI (France, historien) : L’engagement féminin dans une organisation proto-humanitaire et antiautoritaire : les femmes dans Solidarité Internationale Antifasciste • Corentin LAHU (France, Université de Bourgogne) : Du Secours rouge au Secours populaire : l’engagement des femmes dans la lutte antifasciste • Mercedes YUSTA (France, Université Paris 8 – LER) : L’Espagne dans le coeur des femmes antifascistes: le Rassemblement Mondial des Femmes de 1934 à 1939 • Franziska ZAUGG (Suisse, Universität Bern – Historisches Institut) : ’La Rubia‘ – Clara Thalmann a Swiss agitator, fighter and wife/ “La blonde” – Clara Thalmann une agitatrice suisse, combattante et épouse.

 LIEU : CINÉMA LE MÉLIÈS (MONTREUIL)

20h45 > Cinquième thème : La mémoire des jeunes filles

En 2016, une classe de 3ème du lycée français de Madrid accompagnée par deux enseignants, a préparé dans le cadre du projet Portraits d’Europe initié par l’Union Européenne et l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) un projet éducatif autour du documentaire Les Mamàs Belgues retraçant l’histoire d’un groupe de très jeunes ouvrières d’Anvers en Espagne. Ces dernières, pour la plupart issues de l’immigration juive polonaise, socialistes et communistes, sont parties prendre fonction d’infirmières dans l’hôpital d’Onteniente (près de Valence). Ce sujet mémoriel singulier, envisagé et préparé par une classe d’élèves français à Madrid quatre générations après, nous a semblé mériter une place particulière dans ce colloque, notamment pour ses résonances et les questions qu’il soulève par rapport aux engagements transnationaux contemporains.

  20h45 > Projections

Las Mamás Belgas (Les mamans belges), 27mn, Espagne, 2016.

Pour la première fois en France, le beau documentaire produit par le réalisateur Sven Tuytens pour les télévisions belge et espagnole sera projeté. Ce film retrace l’histoire de l’hôpital républicain d’Onteniente qui a été fondé par le mouvement ouvrier socialiste belge. Le personnel fut fourni par une vingtaine d’infirmières juives volontaires d’Anvers et de Bruxelles surnommées par les Espagnols les « mamans belges ».
https://lesmamasbelgues.com/trailer/

> Résister au tyran, France-Espagne, 2016.
Dans le cadre du projet Portraits d’Europe initié par l’AEFE, une classe de 3e du lycée français de Madrid a imaginé un projet éducatif à partir du film Les Mamàs Belgues, à la fois œuvre d’histoire, de mémoire mais également d’une grande actualité. Accompagnées par leurs enseignants de lettres et d’histoire-géographie, elles ont monté une exposition et réalisé un documentaire sur la mémoire et l’écho contemporain de ces autres jeunes filles, quatre générations avant elles.
https://lesmamasbelgues.com/category/proyecto-educativo

21h45> Table ronde : La mémoire des jeunes filles

Discutante : Eva TOUBOUL-TARDIEU (MCF-Université Lumière-Lyon 2) 

Intervenant.e.s : Yves HESS (France-Espagne, Lycée français de Madrid) • Sven TUYTENS (Belgique, journaliste et documentariste) • Valérie ZYLBERSZTEIN (France-Espagne, Lycée français de Madrid) •  Isabella, Charlotte, Armella et Raoul (France, Espagne, élèves du Lycée français de Madrid).

26 OCTOBRE

LIEU : AUDITORIUM DU PETIT PALAIS (PARIS)

9h00 > Sixième thème : Les intellectuelles étrangères et la défense de la République espagnole

La mobilisation des intellectuels du monde entier fut un phénomène massif durant la guerre civile espagnole, majoritairement regroupés sous l’étendard de l’antifascisme. Parmi ces « volontaires à lunettes » (selon la formule de Mikhaïl Koltsov), on compte de nombreuses femmes. En zone républicaine ou depuis leurs pays d’origine, ces journalistes, philosophes, photographes ou encore romancières se sont investies dans la défense de la République espagnole à travers une action protéiforme qui les a amenées à mettre en œuvre une praxis spécifique au collectif intellectuel. La réflexion sera articulée tant autour de la participation de ces intellectuelles étrangères dans le soutien à la république espagnole qu’autour des écrits que les unes et les autres ont produits en lien avec le conflit. Ce faisant, la perspective biographique sera privilégiée pour mettre au jour des trajectoires d’engagement au carrefour de l’individuel et du collectif.

Discutante : Allison TAILLOT (Université Paris Nanterre)

Table ronde n°1 : Les intellectuelles dans la guerre d’Espagne : du front au Congrès des Écrivains
 Intervenant.e.s :
Lorna ARROYO JIMÉNEZ (Espagne, Universidad Internacional de la Rioja) : Conquistar la esfera pública: la mirada de Gerda Taro sobre las mujeres intelectuales durante la Guerra Civil española / Conquérir la sphère publique: le regard de Gerda Taro sur les intellectuelles pendant la guerre civile espagnole • Jean-François BERDAH (France, Université Toulouse II – Jean Jaurès/CNRS) : Martha Gellhorn, la voix des victimes. Parcours d’une reporter d’exception • Jesus CANO REYES (Espagne, Universidad Complutense de Madrid) : Las mujeres intelectuales de America Latina y Guerra Civil española / Les intellectuelles d’Amérique Latine et la guerre civile espagnole.

Table ronde n°2  :  Les intellectuelles françaises et la guerre d’Espagne 

Intervenant.e.s : Alexandre MASSIPE (France, Médiathèque du Perreux-sur-Marne): L’engagement de Simone Weil durant la guerre d’Espagne • Anne RENOULT (France, BNF): Andrée Viollis (1870-1950) pendant la guerre d’Espagne : reportages de guerre et engagement

Traduction des débats : Anna ROJAS (France, Université Paris Nanterre) • Héloïse VIAN (France, Université Paris Nanterre).

14h00 > Septième thème : Les femmes dans l’action sanitaire et sociale en faveur du peuple espagnol : trajectoires et pratiques

Les femmes qui s’engagèrent dans la guerre civile espagnole depuis un pays étranger le firent souvent dans le cadre d’une aide sanitaire et sociale à la population, en mettant à profit leur compétence professionnelle. Ainsi des professions typiquement féminines, comme celles d’infirmière ou de sténodactylographe, purent être les vecteurs de cet engagement. Après le désarmement des combattantes, cette appartenance professionnelle put aussi être le moyen pour des femmes qui souhaitaient s’engager dans cette guerre, de le faire. Certaines s’improvisèrent alors infirmières. Au-delà d’une appartenance professionnelle, l’engagement en Espagne s’inscrit dans des trajectoires sociales, familiales, migratoires et politiques complexes. Dans cette session, seront interrogées les modalités de ce type engagement. Nous nous intéressons tant aux organisations qui l’encadrèrent, qu’aux pratiques de ce secours à l  population. Nous analyserons notamment la place de cet engagement dans les trajectoires des femmes, en amont comme en aval de cette expérience espagnole.

Discutante : En cours d’établissement.
Intervenant.e.s : Sébastien FARRÉ (Suisse, Maison de l’histoire – Université de Genève) : Engagements féminins dans les organisations humanitaires durant la guerre civile espagnole • Celia KEREN (France, IEP de Toulouse) : Une affaire d’hommes. Le Syndicat national des instituteurs et l’accueil d’enfants espagnols en France (1936-1939) • Linda PALFREEMAN (Espagne, Universidad de Alicante) : British women in southern Spain: humanitarian initiatives launched after the fall of Málaga • Édouard SILL (France, EPHE) : Celles du Yiddishland : les volontaires juives, un groupe majoritaire problématique.

17h45 > Huitième thème :  Perspectives et continuités. De l’Espagne au Rojava : internationalismes et engagements féminins transnationaux de 1938 à 2018

Le colloque sera clos par une table ronde portant sur les itinéraires des volontaires et des militantes étrangères après la guerre d’Espagne et les différents engagements féminins transnationaux jusqu’à nos jours. Les continuités immédiates et les héritages, directs et indirects, de l’engagement des étrangères pour l’Espagne sont en effet nombreux, depuis les résistances antifascistes européennes durant la Seconde Guerre mondiale comme les solidarités ultramarines lors de la création de l’État d’Israël, ou en direction de l’Amérique Latine et parmi les solidarités internationales avec les luttes anticoloniales. Cette table ronde soulignera les formes post-communistes de l’internationalisme et les jalons hérités de la guerre d’Espagne au sein des actions militantes transnationales féminines au XXIe siècle.

Discutant : Édouard SILL (EPHE)
Intervenant.e.s : Olivier GROJEAN (France, CETOBaC EHESS) • Diego Gaspar CELAYA (Espagne, Universidad de Alcalá) •  Henriette STEINBERG (France, Secrétaire générale du CA du Secours Populaire Français).

19h45> Clôture du colloque